Le TPM privé de mouvement à Gabès

16 mai 2016 - 16:33

LES BASSES MANŒUVRES TUNISIENNES 15 mai 2016 Le TPM privé de mouvement à Gabès Vaines palabres devant un portail de stade fermé... Le TPM privé de mouvement à Gabès C’est une scène rocambolesque digne des vieux livres d’histoire du football africain. Au temps où il fallait agresser l’équipe adverse et l’empêcher de s’entraîner sur ses terres. Voici le traitement que viennent de subir les Corbeaux à Gabès ce dimanche. Des supporteurs locaux instrumentalisés par leurs dirigeants pour agresser les Corbeaux et le responsable du stade de Gabès reste injoignable. Tout est mis en place pour faire tomber le TPM. Récit. En route pour la séance de décrassage vers 16h15 ce dimanche à Gabès, le TPM, sur ordre de la police locale qui l'escortait, a dû, dans un premier temps, rebrousser chemin vers l'hôtel. Pour cause : une centaine de supporteurs du Stade Gabésien sur des scooters et à pied ont intercepté le convoi mazembien et lancé des projectiles tout en entonnant des chants hostiles. Il ne leur manquait que de prendre les joueurs à partie, mais fort heureusement deux policiers étaient sur place. L’équipe est rentrée à l'hôtel, a attendu le renfort de la police avant de reprendre la route du stade olympique de Gabès où était prévu le décrassage. Cette fois-ci, accompagné d’une forte escorte de 4 jeeps 4x4, le bus du TPM est arrivé au stade. Premier constat, les portails du complexe sportif sont restés hermétiquement fermés devant une police sans voix! Un scénario soigneusement organisé par les dirigeants gabésiens. Lorsque le responsable du stade a débarqué une dizaine de minutes plus tard, ce fut pour dire qu’il n’a pas l’ordre d’ouvrir au TPM. Le délégué de la Fédération Tunisienne eut beau appelé Tunis et la direction gabésienne, personne au bout du fil ! Le TPM a repris son bus, bien encadré par la police, jusqu’à son hôtel de concentration. Conséquence : le décrassage a dû se passer dans les jardins de l’hôtel. GALERIE PHOTOS Cette attitude irresponsable affichée par ce club illustre bien son statut : sans palmarès ni référence sur le continent et en Tunisie, pour une première participation aux interclubs de la CAF. Nourredine MOUSSA et consorts viennent de démontrer le peu de chances qu’a leur équipe de battre le TPM sur terrain. A ce petit jeu de mauvais goût, Jean KASUSULA et ses coéquipiers préparent la riposte. Sur la pelouse mardi.

LES BASSES MANŒUVRES TUNISIENNES

15 mai 2016

Le TPM privé de mouvement à Gabès

Vaines palabres devant un portail de stade fermé... Le TPM privé de mouvement à Gabès

C’est une scène rocambolesque digne des vieux livres d’histoire du football africain. Au temps où il fallait agresser l’équipe adverse et l’empêcher de s’entraîner sur ses terres. Voici le traitement que viennent de subir les Corbeaux à Gabès ce dimanche. Des supporteurs locaux instrumentalisés par leurs dirigeants pour agresser les Corbeaux et le responsable du stade de Gabès reste injoignable. Tout est mis en place pour faire tomber le TPM. Récit.

En route pour la séance de décrassage vers 16h15 ce dimanche à Gabès, le TPM, sur ordre de la police locale qui l'escortait, a dû, dans un premier temps, rebrousser chemin vers l'hôtel. Pour cause : une centaine de supporteurs du Stade Gabésien sur des scooters et à pied ont intercepté le convoi mazembien et lancé des projectiles tout en entonnant des chants hostiles. Il ne leur manquait que de prendre les joueurs à partie, mais fort heureusement deux policiers étaient sur place. L’équipe est rentrée à l'hôtel, a attendu le renfort de la police avant de reprendre la route du stade olympique de Gabès où était prévu le décrassage.

Cette fois-ci, accompagné d’une forte escorte de 4 jeeps 4x4, le bus du TPM est arrivé au stade. Premier constat, les portails du complexe sportif sont restés hermétiquement fermés devant une police sans voix! Un scénario soigneusement organisé par les dirigeants gabésiens. Lorsque le responsable du stade a débarqué une dizaine de minutes plus tard, ce fut pour dire qu’il n’a pas l’ordre d’ouvrir au TPM. Le délégué de la Fédération Tunisienne eut beau appelé Tunis et la direction gabésienne, personne au bout du fil ! Le TPM a repris son bus, bien encadré par la police, jusqu’à son hôtel de concentration. Conséquence : le décrassage a dû se passer dans les jardins de l’hôtel. 

GALERIE PHOTOS

Cette attitude irresponsable affichée par ce club illustre bien son statut : sans palmarès ni référence sur le continent et en Tunisie, pour une première participation aux interclubs de la CAF. Nourredine MOUSSA et consorts viennent de démontrer le peu de chances qu’a leur équipe de battre le TPM sur terrain. A ce petit jeu de mauvais goût, Jean KASUSULA et ses coéquipiers préparent la riposte. Sur la pelouse mardi.

Commentaires